Le masque

Elle entra dans la salle de balle. Elle fut immédiatement enchantée.
Les décors flamboyants semblaient briller d’autant plus de par l’éclat des danseurs. Ces derniers tournoyaient, vifs et gracieux, au bruit de la musique enchanteresse produite par un orchestre habile, posé en haut du double escalier.

Les murs étaient richement décorés de glaces et de tapisseries, le sol était pavé de marbre d’or, des tableaux et des chandeliers étaient disposés avec goût et remplissaient cet espace de manière harmonieuse.

Les invités du bal ne rompaient pas avec le charme élégant de la salle. Chacun portaient leur plus beaux atouts, costumes bien taillés et décorés de pierres et broderies, se tenant droits et fiers pour les hommes, robes exquises pleine de dentelle, de broches et de colliers de perles, sourire gracieux pour les femmes.

Bien entendu, comme l’avait demandé le duc, qui possédait la salle de balle, chacun des convives étaient masqués. Masques semi-pleins tenus au visage peint, ou masque plein décrivant divers émotions attachés avec une ficelle, tous semblaient se fondre dans un mystère incroyable dans lequel personne ne savait vraiment qui était son voisin de droite et de gauche, mais tout le monde savait que son compagnon était de la plus belle compagnie qu’il puisse désirer.

Elle aussi portait un masque. En réalité, elle avait choisi sa tenue avec le plus grand soin: sa magnifique robe verte empirée était bordé de fines perles noires, son col de dentelle transparent laissait apparaître par à-coups sa poitrine, et son masque soulignait avec élégance son visage délicat. Ses cheveux, attachés dans un chignon parfait, étaient ornés d’une broche elle aussi portant un masque.

Elle s’avança dans la salle avec assurance, car elle savait que ce soir, elle ne serait pas seule. Un pas après l’autre, ses talons raisonnaient sur le sol de marbre, mais le bruit était couvert par la musique et les invités. Elle parcourut la salle lentement, délicatement, avec soin et non pas de la prudence mais plutôt de la patience délicieusement savourée. Elle était en effet dans les derniers moments qui la séparaient de quelque chose de merveilleux, et comme celui qui attend un cadeau, ou la visite d’un vielle ami, elle savourait ce temps qui précédait.

Elle prit une coupe de vin rouge sur son chemin, esquivant les danseurs qui semblaient s’étendre et se rétracter dans la salle, au fur et à mesure des danses. La lampée étaient délicieuse et glissaient sur sa gorge, avec un goût sucré et précieux qui la contentait parfaitement. Finalement, elle arriva de l’autre côté de la salle, par rapport à où elle était entrée. Et elle le vit.

Il était impérial. Il se tenait, athlétique, droit, masqué bien sûr, mais elle avait su tout de suite que c’était lui. Il portait une queue de cheval brune élégamment attachée, et il se tenait droit, fier, sans arrogance mais avec une distinction et une détermination qui avait un côté ensorcelant. Sa tunique, d’un pourpre extrêmement bien ajusté, arborait des boutons d’ors et des motifs d’or sur les bords. Sa main gauche était posée sur une canne, négligemment, et elle laissait voir des bagues magnifiques, mais sans être trop ostentatoires. L’homme avait autour de lui une aura, de mystère, de confiance en soi, et de subtilité. Peut-être était-ce dû à son masque, d’un blanc nacre, aux traits lisses, comme un dieu de l’antiquité. Quand il la vit, il lui sourit. Il avait compris qu’elle était sienne, qu’elle était celle que lui attendait.

Cela plaisait à la Dame, bien sûr. Car elle savait qu’elle était maintenant très proche du moment. Mais elle ne pouvait cependant pas s’offrir à lui sans efforts. Car c’est quand on désire le plus une chose, que l’on fait tous les efforts du monde pour l’obtenir, que l’on en savoure le goût de la victoire. Alors, elle tourna les talons et s’élança dans les danses, se joignant à une ronde.

L’homme la perdit vite des yeux, au milieu de ces danseurs et de ces couleurs tournoyantes. Ni une, ni deux, il s’élança lui aussi dans la mêlée. Rythmés par une musique déchaînée, la salle fut un vrai chaos – mais distinguée et organisée avec goût. Les partenaires de danses allaient et venaient, parfois il faisaient deux pas en avant, quatre pas en arrière, parfois ils tournaient sur eux-même, parfois ils se tenaient par le coude en ligne et en rythme, parfois en cercle tournoyant, et tout se succédaient, et il s’échangeaient, en l’espace d’un battement de cille.

Mais c’était aussi une chasse. L’homme la poursuivait. En rythme, dans la chanson, il l’entrapercevait à gauche, il changeait de partenaire, puis il était finalement à droite, alors il tournoyait pour s’approcher d’elle. Elle, amusée, laissait apparaître son plus beau sourire, resplendissante, tandis qu’avec une grâce naturelle elle échappait à son assaillant, se faufilant lors des ouvertures entre deux pas, se courbant pour passer en dessous d’un couple presque enlacé, s’échappant en passant par le milieu de la piste au moment où quatre groupe de convives y convergeaient.

Néanmoins, minutes après minutes, l’homme rattrapait son amante, et finalement il l’avait presque à porté de main, quand elle rompit le cercle et alla emprunter une porte dérobée qui menait sous un escalier. Le cœur battant, il la suivi.

A good samaritan

My heart is so noble,
I give everything I can to the poors.
I can see their struggle
And I'm compassionate all the way.

You see, it's difficult to be a good samaritan,
There's always someone to make you villain,
Even when all your intentions are good and pure,
They make you grow demon wings.

But I've always been this kind to others,
As the church and my faith always told me,
Respect their differences, guide them,
Because the sheeps can't take good care of themselves.

I've always loved and protected women,
Especially regarding the bad decisions they make,
Why would they decide what to do with their unborn baby,
When everyone knows they don't think straight when they're pregnant.

I remember a time where we were kinder to savages,
Teaching them the ways of our Lord Jesus Christ,
Helping them become more civilized,
Now it's like we never helped them at all.

Our western culture is a beacon of light,
But now the invasion of lesser cultures has begun,
Do you really want to loose your rights and privileges,
My freedom is really more important than theirs.

I'm a good member of this community,
I'm always snitching on sinners,
I sincerely regret the time,
When we hanged them to the trees.
Adaptation of Zemnarihah Hung by James Fullmer

La Cité Interdite

Il existe ci-bas une cité interdite,
Personne ne l'a depuis très longtemps visitée,
Elle dort, sous l'océan, maudite,
Emportée par les flots il fut un temps immémoré.

Cité des hommes, cité des dieux,
Nul âme qui vive ne peut l'affirmer,
Mais il reste ici-haut encore ceux,
Qui font encore des légendes une réalité.

Quelle angoisse ce serait,
D'aller ici-bas la cité visiter,
Les monuments intemporels dans les profondeurs conservés,
Projetteraient leur ombre lugubre sur les voyageurs.

Y-a-t'il encore une vérité enfouie,
Dans nos rêves, nos mémoires, nos consciences,
Concernant la cité qui fut interdite?
Aucun rêveur saint d'esprit ne peut encore avoir du sens.

De la construction du récit

Les divers éléments des histoires, aussi fous soient-ils, sont liés par construction du récit. Chaque élément est à sa place, a un contexte, une raison et un moyen, et on utilise des procédés pour les lier toutes les pièces du puzzle entre elles.

Si l’antagoniste du récit a un défaut, alors c’est ce défaut qui pourrait entraîner sa chute. Si le protagoniste a une caractéristique, alors cette caractéristique peut être par exemple la raison qui l’amène dans l’histoire. Les lieux ont leur importance aussi, chaque lieu choisi doit faire avancer l’histoire pour une raison spécifique.

Il faut faire simple, quand cela est possible. Chaque scène du récit doit être racontée, sans précipitation, une chose à la fois, pour garder cette clarté et cette simplicité.

Le défi en improvisation est de garder tout cela en tête en construisant le récit au fur et à mesure.

Il est important de bien faire usage de toutes les contraintes du récit, et chacune de ces contraintes doit être utilisée avec intelligence. Les contraintes n’ont pas toutes le même impact: la quête d’un récit sera systématiquement plus importante qu’un accent, par exemple.

Mais pourtant, des contraintes peuvent cacher des éléments scénaristiques important. Si un personnage a un accent, cela signifie qu’il vient peut être du pays d’où provient cet accent, et peut être que cela est significatif dans l’histoire.

A l’inverse, une contrainte comme un lieu peut être peu structurante, agissant comme un prétexte non exploité pour l’histoire. Cependant, les histoires les plus élégantes trouvent un sens à chacune des contraintes. Pourtant, il peut être difficile de faire usage de toutes les contraintes, et la perfection ne doit pas être un frein à la créativité.


Fait divers

En voulant prouver l’existence d’un centre de détention et d’extraction d’information secret de la CIA, John Bennet, américain activiste pour la défense des droits de l’homme de quarante-huit ans a malencontreusement fait fuiter des secrets d’état du gouvernement américain.

M. Bennet a prit des photos chaque jour des entrées et des sorties du personnel du centre pendant six mois et a voulu rédiger un article pour le New-York Times qui a refusé sa publication. M. Bennet a finalement donné ses photos au journal D.C. Breaking News qui s’avérait être en fait une couverture pour une agence d’espionnage russe. L’activiste a ainsi fait fuiter des photos de personnel haut-classé de la CIA. M. Bennet a été arrêté et est actuellement emprisonné pour trahison et trafic d’informations classifiées acquises par des moyens illicites. Il risque la peine de mort.

La coupe

Juste un verre. Il ne t’en faudra qu’un seul.

J’ai très souvent vu cette lueur que tu as dans le regard. A chaque fois, c’est différent, mais pourtant, à chaque fois je retrouve cette lueur. Laisse moi te conter à quel point tu ferais erreur de refuser ce verre.

Oh, non pas que cela me mettrais en colère. Mais pense à ta vie actuelle. Cette pathétique existence que tu prétends mener, alors que tu n’es qu’un enfant, perdu sur le radeau du temps qui passe, naviguant dans des brumes qui ne te font plus savoir où est l’amont et où est l’aval. Tu vois, cette vie n’a aucun sens. Bois, te dis-je!

Ta famille, tes amis… Ce ne sont que des fleurs arrachées, éparpillées aux quatre vents. Celle que tu désire n’est rien par rapport à une goûte de cette coupe. Je vais te faire découvrir la vie, la mort, et l’au-delà même, et tu reviendra, et tu en demandera plus. Bois, te dis-je!

Je vais te faire apprendre à nouveau les couleurs, mais elles seront plus sombres. Tu entendra tout avec une clarté inouïe, mais surtout les battements de ton cœur. Tu mènera une existence d’esclave et de roi à la fois.

Oui… Cette lueur… C’est toujours celle là qui suit… Bois, te dis-je!

L’éternité

L'hiver je me réjouis de rester sous la couette avec toi
Nous profitons de nos promenades nocturnes dans les rues de Lille,
Nous nous sentons ainsi sous la neige comme des rois,
Les jours sont courts et tout passe le temps d'un battement de cils.

Le printemps tu émerges rayonnante, même s'il est encore tôt,
Nous retrouvons peu à peu les beaux jours,
C'est avec toi que je veux assister au renouveau,
Dans tes yeux je me perd comme envoûté par un tour,

L'été ta force se révèle à tous,
Brave et courageuse, tu relève tous les défis,
J'admire en toi ta bonté, que tu es douce,
Et pourtant, tu fais trembler tes ennemis.

L'automne tu révèles ta sensibilité,
Tu laisse découvrir aussi ta générosité,
Vulnérable quand tu le souhaites,
Il n'y a rien chez toi que je regrette.

Le repaire de la bête

Atkin s’approcha de la grotte, sur ses gardes, accroupi, faisant le moins de bruit possible. Il fut prit d’une quinte de toux, qu’il essaya d’étouffer discrétement, du mieux qu’il put. Il n’était pas sûr d’avoir été totalement silencieux. Il s’immobilisa un instant, essoufflé, attendant que la douleur passe.

Le loup-garou avait sévit pendant bien trop longtemps. De nombreux villageois avaient péri sous ses coups. Il avait fallu du temps à Atkin pour finalement le démasquer, et encore plus longtemps pour trouver sa tanière d’origine. Et enfin, il arrivait à son but: rendre la justice tant attendue dans ce village frappé par les malheurs et la malédiction.

Il serra fort la crosse de son pistolet, prit son courage à deux mains, et s’approcha de l’entrée de la grotte, pas après pas, essayant de garder son assurance et d’éloigner sa peur. Il étouffa une nouvelle quinte de toux. Il se sentit faible, l’espace d’un instant, il faillit faire demi-tour, cesser cette folie. Mais il s’aventura dans l’antre de la bête.

Le forgeron était là, accroupi, dans la caverne. Ses vêtements étaient en lambeaux. Il tournait le dos à Atkin. Ce dernier pointa son pistolet d’un bras tremblant sur le forgeron. D’une voix gutturale, le meurtrier déclara.

« Je vous ait sentit approcher à des lieux à la ronde. Que croyiez-vous ?! »

Atkin ne répondit rien, mais se figea, de peur. Le forgeron se leva, lentement, et se tourna vers lui. Il avait l’air dévoré par la maladie. Son teint était pâle, ses épaules étaient rentrées, il se tenait, penché. Il tremblait presque, reniflant nerveusement, et sa bouche se crispait, laissant échapper une petite écume. Ses bras étaient presque cassés, ses doigts longs, laissaient apparaître des ongles acérés.

« Vous savez très bien… que… je ne vous laisserais plus partir, maintenant… », dis la créature qui n’était plus bête qu’homme.

Atkin ravala sa salive et continua à pointer son arme. Dans un cliq, il redressa le chien et jeta un coup d’oeil au forgeron. Ce dernier changeait à vue d’œil. Il devenait à chaque instant plus… bestial.

« Ce son… Ce n’est même pas de… l’ARGENT »

La bête se jeta sur Atkin, qui détonna son arme au même instant. La balle n’eut aucun effet apparent face aux loup-garous.

Le combat fut de courte durée. Atkin fut tranché en deux. La bataille se transforma rapidement festin.

Ce n’est qu’après avoir consumé la chaire d’Atkin que le monstre s’aperçut qu’une fiole, vide, marquée d’un crane, tombât de la poche du manteau d’Atkin.



C’est incroyable, mais je l’ai fait!

J’ai enfin pu parler à grand-papi.
C’était hier soir.
J’étais seul à la maison. Il était aux alentours de vingt-trois heures. Le noir et le silence dominaient le voisinage. Seul les volets claquaient, lugubre, comme un avertissement donné par des sacs d’os.

Edouard, notre chat, avait quitté son tapis et était allé se réfugier dans la baignoire.
Honnêtement, il y avait comme un courant d’air glacial, et j’entendais presque des murmures.
C’était bizarre.

J’étais dans le grenier. D’une main peu assuré, j’ai tracé ces symboles à la craie blanche, sur le sol. Des carrés, des cercles, des triangles, géométriques, d’une complexité infinie, comme ce que ce vieux livre poussiéreux disait.

Puis, j’ai allumé les bougies, et je me suis assis en tailleurs, comme ce que le livre disait.

Alors, j’ai appelé papi – comme ce que le livre disait.

Papi était en colère d’être ainsi dérangé. Il a commencé par souffler les bougies. Tout était d’un coup silencieux. Et les symboles au sol se sont mis à luire.
Soudainement, une commode est tombée. Des objets ont commencé à voler dans la pièce. c’était horrible. Je me suis caché sous une vielle table, et je criais, et je pleurais…

Finalement, j’ai demandé à grand-papi:
« Où est ma sœur? Je t’en prie, dis-le moi! »

Et les volets se sont ouverts, d’un coup. La lune éclairait le jardin, en bas.

J’ai regardé. J’ai vu la terre qui commençait à être remuée. Puis une main squelettique est sortie du sol.

Je ne demanderais plus jamais rien à grand-papi.

L’escalier

Frontière entre terre et mer,
Les vagues emportent les pierres précieuses,
Un escalier dérobé menant à l'ambassade,
Un lieu reculé de toute beauté.