Juste un verre. Il ne t’en faudra qu’un seul.

J’ai très souvent vu cette lueur que tu as dans le regard. A chaque fois, c’est différent, mais pourtant, à chaque fois je retrouve cette lueur. Laisse moi te conter à quel point tu ferais erreur de refuser ce verre.

Oh, non pas que cela me mettrais en colère. Mais pense à ta vie actuelle. Cette pathétique existence que tu prétends mener, alors que tu n’es qu’un enfant, perdu sur le radeau du temps qui passe, naviguant dans des brumes qui ne te font plus savoir où est l’amont et où est l’aval. Tu vois, cette vie n’a aucun sens. Bois, te dis-je!

Ta famille, tes amis… Ce ne sont que des fleurs arrachées, éparpillées aux quatre vents. Celle que tu désire n’est rien par rapport à une goûte de cette coupe. Je vais te faire découvrir la vie, la mort, et l’au-delà même, et tu reviendra, et tu en demandera plus. Bois, te dis-je!

Je vais te faire apprendre à nouveau les couleurs, mais elles seront plus sombres. Tu entendra tout avec une clarté inouïe, mais surtout les battements de ton cœur. Tu mènera une existence d’esclave et de roi à la fois.

Oui… Cette lueur… C’est toujours celle là qui suit… Bois, te dis-je!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s