Au cœur de la dense forêt, 
Il siège depuis des années,
Immense, comme une montagne,
Sa large silhouette assombrit l'horizon.

Partout on ressent sa présence,
Épié par ses feuilles, suivi par ses racines,
L'arbre aux cent milles feuilles guette,
Il domine encore et toujours les saisons.

Égoïste et fier, il hait tout ce qui est autre,
Avec ses branchages, il cache le soleil,
Personne ne peut le long de son tronc reposer,
Car il verrait cela comme une trahison.

Cette muraille à l'écorce impénétrable,
Commande à ses serviteurs animaux,
Ordonne au chêne, au frêne, au hêtre,
Et tous de peur subissent sa domination.

Alors si un jour en forêt vous allez,
Prenez garde au vénérable tyran,
Prenez garde à son végétal armement,
Car il est ici roi, plus que de raison.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s