Dix.
Elle courrait dans les couloirs, elle dévalait les escaliers, elle n’avait plus de souffle, mais elle continuait tout de même, sans s’arrêter, car une seule pause et tout serait terminé.
Neuf.
Elle prit l’embranchement au premier étage, puis la porte de secours et se jeta du haut de l’escalier métallique avant d’atterrir dans un fracas douloureux dans l’herbe derrière le bâtiment. Son coeur battait la chamade. Elle entendit un bruit derrière elle, mais elle ne se retourna pas, et s’engouffra dans les bois. La pleine obscurité l’oppressait d’avantage, et elle aurait voulu crier, ou pleurer. Mais la peur avant tout lui glaçait le sang: elle continua, essayant de distancer l’inévitable.
Huit.
Elle marcha, et après quelque pas, elle se prit les pieds dans une racine, et elle tomba dans un buisson. La douleur ne fit qu’ajouter à sa panique, que la déstabiliser encore plus. Mais encore et toujours elle se releva. Elle sentait derrière elle la course de son poursuivant, de ce prédateur qui jamais ne la laisserai s’échapper.
Sept.
Soudain, elle s’immobilisa. Le doute s’insinua en elle. Sa vision se brouilla. Elle revit la scène, encore et encore. Finalement, elle ferma les yeux. Elle soufflait, bruyamment. Et elle l’entendait approcher.
Six.
Elle ne bougeait plus maintenant. Elle venait, encore une fois de prédire l’avenir. Elle savait exactement ce qui allait se passer. Ses veines étaient froides. Des frissons l’envahirent. Du bout de ses lèvres, elle murmura le chiffre qui allait tout changer.
Cinq.
« Quoi ? » L’homme était finalement là. L’arme à la main, il la regardait, un visage haineux. « C’est fini, sorcière. » Il braqua son arme sur elle. « Je vois que tu as arrêté de courir inutilement… alors finissons-en. »
Quatre.
Quelque-chose clochait. Il le sentait. Il ne pouvait pas se résoudre à tirer. Il sentait l’air glacial autour de lui.Trois. »Non… Non. Ce n’est pas possible. Tu fois payer pour ce que tu as fait. Ça ne peut pas se passer comme ça.
Deux.
Elle regarda. Les lames coulait le long de ses joues. Mais de ses mains jaillissaient des énergies mystiques.
Un.
Il hurla dans la nuit. Et la sorcière eut une nouvelle victime sur sa conscience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s