Alexios sorti de l’ombre. Le capitaine du camp spartiate le regarda avec un sourire narquois. Tout autour de lui, les soldats se mettaient en posture de combat. Prêts à en découdre avec l’intrus.

« Tu penses sincèrement pouvoir t’en sortir, assassin? »

Le grec, qui avait l’habitude de parler franchement, lui répondit:

« Si tu penses que je suis un assassin, tu te trompes. Quand j’attaque depuis l’ombre, c’est juste pour aller plus vite. En réalité, je suis plus que ça: je suis un demi-dieu. De la trempe d’Achille. »

Le capitaine hausse un sourcil devant tant d’arrogance. Il s’apprêtait à donner l’ordre d’attaquer. Alexios était tranquille, debout, la lance dans la main. Il ne semblait pas le moins du monde inquiet – cela rendait le capitaine de plus en plus nerveux.

« Que veux-tu dire par là? Tu n’est qu’un mercenaire sans vergogne. Un charognard. Un misérable pillard. Traqué par tous, comme un chien. »

Le grec haussa les épaules, ne semblant pas le moins du monde affecté par ces insultes.

« J’ai tué des centaines, voir des milliers d’hommes. Je n’ai jamais été défait au combat. Tous les hommes envoyés pour m’arrêter, je les ai ramenés devant Hadès. J’ai escaladé à main nue le mont Parnasse. J’ai sauté des hauteurs les plus vertigineuses. La lance que je possède, cadeau de mon aïeul, me donne des pouvoirs qu’Héraclès ne renierait pas. Tu vois, je te donne des faits. Ce n’est pas pour me vanter. »

_ Tu mens, vipère. J’en ai assez de ces élucubrations. Soldats, arrêtez-le! Et s’il résiste: mettez la bête à mort. »

D’un geste, Alexios agita sa lance, qui s’enflamma. Il semblait nettement plus rapide, plus précis, plus mortel. Dans une danse mortelle, il défit ses adverses, les uns après les autres, semant le carnage sur son passage. Bientôt, il ne restait plus que le capitaine.

« C’est impossible! »

_ Impossible? Connais tu l’histoire de nos héros? Achille, Thésée, Persée… Comment cela peut-il te surprendre encore? Je ne fais que vivre dans l’ère de mon temps, capitaine. »

Alexios transperça le spartiate. Dans les airs, un cri d’aigle se fit entendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s