L’air est frais, le soleil luit faiblement. La brume du matin commence à se lever, et les nuages se dissipent peu à peu. Dans le vallon, le calme n’est troublé que par le son d’une cornemuse, lointaine, transportant note après note un chant de liberté.

Le musicien marche en jouant de son instrument. Silhouette solitaire dans le matin, il va comme à son habitude donner vie aux magnifiques montagnes d’Ecosse. Son air est beau et triste à la fois.

Chacun possède dans son cœur un havre de paix. Le mien sera toujours dans les Highlands. C’est là que je ressens ce lien unique.

Je reverrais bientôt mes Highlands. Et à cette pensée, mon cœur s’allège.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s