Dès que les amants se retrouvèrent enfin, ils entamèrent un long baiser. Dans les bras l’un de l’autre, épanouis, ils partagèrent cette intimité, cette intensité, cette excitation.

L’homme trouva le baiser doux et brûlant à la fois, il en était presque fiévreux, son désir pour elle le gouvernait de plus en plus, il devenait la marionnette de l’amour. Ne pouvant plus y résister, il se laissa entraîner et plaqua sa partenaire contre le mur, avec ce mélange de délicatesse et de brutalité qui leur était familier. La belle se laissa faire, emportée elle aussi par cette fougue qui l’avait hanté tant de fois dans le passé, pendant leur séparation.

La passion les gouvernait, car ils éprouvaient l’un pour l’autre des sentiments depuis longtemps. Ils furent bientôt indivisibles et inséparables, et dans les bras de l’autre, ils se sentaient comme des titans.

Un long moment passa, où ils ne profitèrent que de la présence de l’être aimé, oubliant le monde autour d’eux, vivant l’instant présent, presque retournés à l’instinct animal.

Mais leur romance avait toujours été sur le fil – une dangereuse séduction. Et, bien qu’éventuellement ils finirent ce baiser, pendant lequel le temps même s’était arrêté, ils conservèrent une étroite étreinte, la belle posant le menton sur l’épaule de son amoureux, et ce dernier enfouissant son visage dans son cou. Discrètement, la belle ravala une larme.

Après cette introduction, le jeu de la séduction repris son cours. Tous deux étaient des amants rebelles, aimant tour à tour prendre le contrôle de l’autre, le dominer entièrement, ou au contraire s’y soumettre et placer sa vie, et sa confiance, dans son partenaire. Cette danse, cet aller-retour où ils étaient à la foi antagonistes et protagonistes, leur était familière aussi. L’homme passa d’abord sa main dans les cheveux de son amante, la bloquant contre le mur, et cette dernière se sentie piégée, sans issue. Puis, elle le repoussa avec force, le regarda un instant, de haut en bas avec un sourire narquois. La belle s’empara de son visage à deux mains, et l’embrassa fougueusement, l’empêchant de bouger, le laissant à la merci de cette prédatrice.

Une fois ce baiser terminé, elle eut un sourire triste l’espace d’un instant, que l’homme partagea avec elle. Ils savaient tous deux qu’il était temps.

L’homme la reprit, doucement cette fois, dans ses bras. Il ne dit rien, mais ses pensées affluaient maintenant dans son esprit. Il revoyait son mentor lui dire ces simples mots: « Parfois, la justice est un sacrifice. Parfois, il faut savoir se résoudre à détruire ce qu’on aime, pour repousser les graines d’un arbre pure et absolu. Tu dois la tuer. » Il savait, au fond de lui, qu’il avait raison. Elle était allée trop loin. Elle le savait également.

La dague qu’il avait caché dans sa manche apparut dans sa main, comme par magie. Et d’un coup appuyé et passionné, il planta la lame dans le dos de son amante. Cette dernière écarquilla les yeux, surprise, tandis que le sang commença à couler de sa bouche dans un balbutiement fatal.

L’amant se retira finalement de son étreinte, un pas en arrière, et laissa la belle s’écouler sur le sol. Il la vit, par terre, se vidant de son sang, et tout ce à quoi il pouvait penser était le souvenir brûlant et doux du dernier baiser qu’il avait partagé avec elle. Il se lécha les lèvres.

Il était triste, bien sûr, mais encore sous le choc, de sa propre résolution, à tout donner pour sa cause comme il l’avait apprit auprès de son mentor auparavant. Il se recula, en titubant, se rendant compte peu à peu de l’horreur de son geste. Il sentit son cœur battre à lui rompre la poitrine, comme un roulement de tambour qui scellerait son destin après un acte impardonnable.

L’homme regarda le visage de la belle. Et soudain, il se rendit compte qu’elle le regardait avec un air triste, coupable. Il passa à nouveau la langue sur ses lèvres, et s’aperçut qu’elles étaient maintenant verte. Il comprit alors, et s’écroula raide mort aux pieds de son amour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s