Le cardinal de Milan

Il ne s'agit pas d'un cardinal ordinaire,
Les crocs acérés, l'âme souillée et les traits solitaires,
Celui-ci s'abreuve du sang des brebis de Dieu,
Et ils commande aux monstres qui ne craignent que les pieux.

Son église il l'a bâti sur des préceptes singuliers,
Jouer le rôle du prédateur fait parti des commandements divins,
Rien ne sert de renier sa nature de meurtrier,
A sa messe, on ne sert pas la même sorte de vin.

Peu le savent mais en vérité le cardinal s’ennuie,
Il se rapproche chaque jour de la bête
Et chaque joueur s'éloigne de l'homme
Ainsi va la vie du mort de la nuit.

Toujours il pousse plus loin ses vices et tourments,
Rien n'arrêtera ses folles inquisitions,
Certains monstres règnent bien cruellement,
Et tous morts comme vifs sont à sa disposition.

Le cardinal de Milan en maître dirige son domaine,
Il n'y a rien que ni vous ni moi ne puissions y faire,
Ce mort-vivant ne peut être arrêté, par le sang ou le fer,
Alors tremblez! Et prenez-garde en la cité italienne.